Nézignan-l’Evêque : la crèche Los Niños adopte les couches lavables

En partenariat avec le SICTOM Pézenas-Agde et dans le cadre du Plan Local de Prévention et de Réduction des Déchets, la crèche nézignanaise est la première à lancer l’initiative sur le territoire.

Ce lundi 4 mars 2019 est un grand jour pour la micro crèche Los Niños de Nézignan-l’Evêque : les couches lavables sont utilisées pour la première fois ! Exit les couches jetables, peu économiques, néfastes pour l’environnement et selon un rapport récent de l’agence Primum Non Nocere, également nocives pour la santé des bambins (Midi Libre du 24 janvier 2019)… « On les déploie au bon moment­ », admet Marjorie Montussac, éducatrice.

Le SICTOM Pézenas-Agde a accompagné la crèche dans l’achat de 200 couches lavables, la structure devenant ainsi un site pilote sur le territoire. «­ A la base c’est une initiative du SICTOM, mais on était très intéressé car c’est une démarche dans laquelle on envisage un avenir meilleur pour nos enfants ­», poursuit l’éducatrice.

Mettre en place ce nouveau dispositif signifie aussi s’adapter. «­ Ce sont des procédures assez simples à respecter­ : laisser sécher les parties imperméables des couches à l’air libre ou utiliser une lessive écologique en poudre pour éviter leur encrassage. Alors oui, on fait une machine en plus par jour mais ça n’équivaut pas à 60 couches jetables quotidiennes ­! De plus, on a un équipement de très bonne qualité­: les couches sont fabriquées en fibres naturelles de bambou, on allie économie et écologie.­ »

Quid des parents : ont-ils bien accepté ce nouveau mode de fonctionnement ? «­ Toutes les familles ont complètement adhéré ­», assure Marjorie Montussac. «­ Nous avons organisé des cafés crèche pour leur expliquer le projet et la mise en oeuvre. On nous posait des questions sur le lavage par exemple, il faut savoir qu’il se fait à 60° pour éliminer la totalité des microbes et bactéries. La seule exigence était de ne pas échanger les couches. Du coup, chaque enfant à sa propre couleur !­ »

Que du positif pour Marjorie, particulièrement motivée. «­ On fait aussi des suivis de consommation d’eau et d’électricité pour voir tout ce que nous économisons en supprimant les couches jetables. On fait tout pour que ça marche. On travaille avec Pauline Vial Detambel qui a créé le blog Couchicoucha et qui propose un accompagnement, c’est très important. Les familles et le personnel sont enthousiastes et on essaie de ne pas avoir de préjugés, même s’il est vrai qu’au début, les parents pensaient qu’on allait laver les couches dans des marmites ­!­ »

L’éducatrice insiste enfin sur le fait que tout le dispositif implique des acteurs locaux, les couches proviennent de chez BaBilol, entreprise spécialisée en puériculture basée à Saint-André-de-Sangonis, «­ on n’a pas eu beaucoup d’empreinte carbone de ce côté-là­ », s’enthousiasme-t-elle.



© 2012 – Confort de lecture